Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Nathan pas demain

Jour 484

27 Octobre 2014 , Rédigé par JP Publié dans #états d'âme

Au début j'ai voulu savoir, j'ai voulu comprendre. Qu'est ce qui m'arrivait, c'était quoi la mort, le deuil, son enfant, son fils perdu, qu'est-ce que ça voulait dire, quelles étaient les solutions, y-avait-il des solutions. Peut-on se relever, peut-on continuer, peut-on conjuguer à un autre temps que le conditionnel et l'imparfait…

Toutes ces questions, des réponses par milliers, dans les livres, sur le Net, dans les conversations.

Overdose! Je me suis cramé les yeux la tête. Comme un escargot qui a tendu son corps et ses antennes vers un incendie ou une pluie acide.

Je me suis recroquevillé, j'ai hurlé intérieurement, des rivières de larmes passées directement des yeux à la gorge sans passer par les joues. Des tonnes de kleenex économisées, mais quelle terrible souffrance.

J'ai arrêté de chercher, j'ai plus voulu savoir, j'ai plus voulu croire, j'ai écarté d'un revers de la main les bouddha, les Jesus. Un seul mantra "A quoi Bon". Une seule prière "Délivre moi".

Et j'ai arrêté d'écrire.

Là dans le noir intérieur, juste éclairé par une lumière froide qui ne réconforte plus, qui ne réchauffe pas, qui n'apporte plus de réconfort, j'attends. Je projette des images de moi vers l'extérieur, je m'assourdis de sons, je m'aveugle d'images factices. Tout ce qui peut me tenir au loin de ce puits de gravité qui happe toutes mes pensées, je prends. Ouvrir les yeux pour contempler ce qui est perdu, ouvrir son esprit pour comprendre ce qui est arrivé est juste insupportable. Stratégie d'évitement perpétuel.

Je sais que ça devra s'arrêter d'une manière ou d'une autre. Le temps est-il si fort, est-il si puissant qu'on veut bien me le dire?

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

mamandeuil 11/11/2014 22:34

"Ouvrir les yeux pour contempler ce qui est perdu, ouvrir son esprit pour comprendre ce qui est arrivé est juste insupportable. Stratégie d'évitement perpétuel."
J'en suis là aussi, sauf que je continue à écrire...