Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Nathan pas demain

Annonce

23 Juillet 2015 , Rédigé par JP Publié dans #mémoire

Elle est jeune, et jolie. Elle a l'air gentille, elle me regarde tristement avec ce sourire indéfinissable entre pitié et tendresse.

Mes jambes sont plutôt cotonneuses, je n'appréhende pas tous les signaux de mon environnement, certains bruits sont étouffés, d'autres exacerbés, l'environnement visuel est flou et blanc, comme surexposé.

Je la suis puisqu'elle me l'a demandé gentiment et je m'assois, parce qu'il y a un cube en tissu qui doit servir à s'asseoir.

L'autre rentre, il est grand, il est pas là pour être gentil, c'est le boulot de la petite.

"Votre fils est en état de mort cérébrale, il n'y a pas d'espoir de rétablissement"

La phrase est courte, concise, nette et sans bavure.

Je n'ai jamais eu d'évanouissement et la seule fois où j'ai été mis KO, c'est par le genou d'un footballeur, mais je ne m'en souviens même plus.

Pourtant cette simple phrase me fait passer un horrible frisson, un "woosh", et je comprends les mots que j'ai lu dans les livres qui parlent de "défaillir" ou "perte de connaissance". Un affaissement général, des points lumineux qui volètent devant les yeux, quant aux jambes, déjà cotonneuses, heureusement que je ne compte pas dessus. Finalement le cube n'est pas là par hasard.

Je regarde la jeune et jolie infirmière, son sourire indéfinissable s'est subtilement mué en moue affirmative, genre ce que vient de dire le grand bonhomme à côté de moi est malheureusement vrai et mon sourire n'y pourra rien changer.

Le reste des mots est inutile, le grand médecin bouge les lèvres, j'entends distinctement des sons sortir de sa bouche, mais ça s'arrête là. J'entends mon cœur. Je serre la main de ma femme.

La vie qu'on connaissait est finie. Une autre commence.

Ce moment charnière, ce souvenir, qui s'éthère et qui est gravé à tout jamais dans ma mémoire dans sa forme "stylisée" me revient en boucle, surtout en ce moment et m'affaiblit, me sape.

Mort cérébrale … mort cérébrale …hurlement silencieux dans ma tête,

L'écrire pourra peut-être le priver d'une partie de sa force. J'espère.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article