Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Nathan pas demain

Mémoire

8 Juillet 2016 , Rédigé par JP Publié dans #états d'âme

je n'ai jamais trop été fixé sur les dates anniversaires, les célébrations et autres commémorations. Se caler sur le nombre de rotations que fait notre caillou planétaire autour d'une étoile de type naine jaune me semble un peu vain.

Pourtant j'ai l'impression que c'est mon corps ou mon subconscient qui a mémorisé les conditions et l'environnement des instants qui ont entouré la mort de Nathan, et quand les conditions et l'environnement se reproduisent, je me retrouve dans le même état qu'à ce moment là. C'est comme si je n'avais pas besoin de regarder le calendrier, pour me retrouver comme il y a 3 ans. Ce sentiment douloureux indicible, à la fois un abattement musculaire et moral, cette boule oppressante qui se fait encore (à nouveau?) plus pesante. Plus envie de rien, la machine à se forcer à plein régime, l'énergie de maintien du masque au maximum.

Je me sens pareil que dans ce couloir d’hôpital où j'ai réalisé que tout était fini, pareil que pendant cette journée chaude où on mis une boîte dans un caveau, pareil que quand je me réveillais en sursaut à 4:00 du mat en espérant que c'était qu'un cauchemar, qu'un putain de cauchemar...

Pourtant j'aimais cette période de fin Juin, début Juillet, avec son retour des beaux jours, des belles et longues journées finies par des soirées douces et nonchalantes. Il y avait tant de choses à partager et à découvrir doucement ensemble, avec mon fils. La mer, les vacances, les grands événements sportifs. Il aimait le foot, ou en tout cas l'image qui en était renvoyée par la télé et les jeux vidéos.

Il adorait Pierre André Gignac, il aurait adoré Payet ou Griezmann. J'aurais adoré partager ça avec lui.

Au lieu de ça, je colmate mes brèches, enfoncé dans mon fauteuil, à conjuguer au conditionnel tous les verbes qui me passent sous la main, et à attendre que le caillou se déplace de quelques degrés autour de la naine jaune.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Emmanne 14/10/2016 02:13

Ce conditionnel qui se conjugue sans eux...et ces dates anniversaires qui s'imposent même quand on voudrait désespérément ne pas les traverser...
Pensées pour le papa de Nathan.